Recommandations pour la sécurité dans les écoles.

sécurité dans les écoles
Le 26 juin 2019, des élèves de l’école prennent part à un exercice d’attaque d’urgence, alors qu’elles s’entraînent à la mise à l’abri et à l’évacuation en cas d’attaque armée contre leur classe, à Dori, Burkina Faso. © UNICEF/UN0329269/Bindra
Partager

Dans son rapport 2020 intitulé  » L’ÉDUCATION PRISE POUR CIBLE « , la Global Coalition to Protect Education from Attack (GCPEA), en français Coalition mondiale pour la protection de l’éducation contre les attaques salue les progrès notables dans la protection de l’éducation contre les attaques. Toutefois, la Coalition reconnaît qu’il reste encore beaucoup de travail à faire pour protéger les élèves, les éducateurs et le personnel, ainsi que les établissements d’enseignement à tous les niveaux, contre les attaques.

Pour faire barrière à ces attaques, la GCPEA fournit aux Etats quelques recommandations :

  • Les États devraient approuver, mettre en œuvre et soutenir la Déclaration sur la sécurité dans les écoles pour garantir que tous les élèves et éducateurs puissent apprendre et enseigner en toute sécurité.
  • Les forces armées et les groupes armés devraient s’abstenir d’utiliser les écoles et les universités à des fins militaires, notamment en mettant en œuvre les Lignes directrices pour la protection des écoles et des universités contre l’utilisation militaire pendant les conflits armés.
  • Les États et autres organes de surveillance devraient renforcer le contrôle et la notification des attaques contre l’éducation, notamment par la ventilation des données par type d’attaque contre l’éducation, genre, âge, lieu, personne ou groupe responsable, nombre de jours de fermeture de l’établissement et par type d’établissement, de façon à intensifier les efforts pour prévenir les attaques contre l’éducation et y répondre.
  • Les États et les institutions judiciaires internationales devraient systématiquement enquêter sur les attaques contre l’éducation et poursuivre les responsables de façon équitable.
  • Les États et autres institutions devraient fournir une assistance non discriminatoire à tous les survivants d’attaques contre l’éducation, quels que soient leur genre, leur origine ethnique, leur milieu socio-économique
    ou autres attributs, tout en tenant compte de leurs besoins et expériences distincts en fonction du genre et des vulnérabilités potentielles telles que le handicap et les déplacements forcés.
  • Les prestataires de services éducatifs devraient veiller à ce que l’éducation favorise la paix et offre une protection physique et psychosociale aux élèves, notamment en s’attaquant aux stéréotypes sexistes et aux obstacles qui peuvent déclencher, exacerber et résulter d’attaques contre l’éducation.
  • Dans la mesure du possible, les États devraient maintenir un accès sûr à l’éducation pendant les conflits armés, notamment en travaillant avec les communautés scolaires et universitaires et toutes les autres parties prenantes concernées, pour élaborer des stratégies visant à réduire le risque d’attaques et des plans de sûreté et de sécurité complets dans l’éventualité de telles attaques.

Notons que plus des deux tiers des attaques contre l’éducation entre 2015 et 2019, soit plus de 7 300 incidents, étaient des attaques directes contre des écoles. Ces attaques comprenaient l’utilisation intentionnelle ou réelle de la force par les forces armées, les forces de l’ordre, d’autres entités de sécurité de l’État ainsi que des groupes armés non étatiques contre des infrastructures scolaires, notamment l’incendie criminel, l’utilisation d’engins explosifs improvisés (EEI), les frappes aériennes, les frappes au sol, les raids et le pillage.

La GCPEA a compilé plus de 11 000 rapports d’attaques contre l’éducation ou d’utilisation militaire d’établissements d’enseignement dans le monde entre 2015 et 2019. Ces incidents ont affecté plus de 22 000 élèves, enseignants et personnel éducatif.

Voir le rapport complet : https://inee.org/system/files/resources/eua_2020_full.pdf

Partager

Laisser un commentaire